Cet été, qui allons-nous rencontrer ?

L’été est là, avec pour beaucoup un temps de vacances, de changement dans les rythmes et les habitudes. Pour les plus jeunes, les cartables se referment et, adieu au chemin de l’école, du collège ou du lycée ! Chacun va pouvoir vivre un peu autrement.

Pour les parents, cette période peut être « lourde » : il faut s’occuper des plus jeunes qui sont là toute la journée, assurer le quotidien, trouver aux ados ou aux plus grands de quoi les aider à se construire – un travail d’été, des camps, des échanges entre amis ou cousins ; prendre également du temps pour soi et en couple ! Et tout cela en sachant que les attentes des uns et des autres sont différentes : un vrai casse-tête !

Aussi, n’attendons pas le dernier moment pour lancer des idées, des projets, et surtout remettons tout entre les mains du Père : Lui seul sait ce dont chacun a besoin. Dieu n’est jamais en vacances, car l’Amour est toujours en mouvement, et rien de ce qui fait nos joies et nos souffrances ne Lui reste étranger. Il ne cesse de se proposer à nous, et de frapper à la porte de notre cœur. Et cette période de l’été peut être propice pour renouveler notre écoute intérieure.

Prenons donc le temps de nous interroger : durant cette période, que désirons-nous vraiment vivre ? Ne pourrions-nous pas nous décider pour vivre une triple rencontre : avec nous-même, avec les autres, et avec Dieu ?

Que désirons-nous vraiment vivre ?

Pour vivre la rencontre avec nous-même, il s’agit davantage de rester attentif à notre cœur profond. Sans doute notre corps, le premier, aspire au repos, à la détente. Prenons donc le temps de nous arrêter, pour que tout notre être puisse s’ouvrir à la Vie qui nous est donnée. Cependant, si nous arrêtons notre rythme habituel, il se peut que des choses enfouies par les nécessités du quotidien, ressurgissent avec force à ce moment-là : pardon non donné, fatigue accumulée, soucis …et toutes sortes de pensées plus ou moins mises au placard. N’ayons pas peur de les accueillir, pour les présenter au Seigneur. Lui saura nous rendre un présent tout neuf, et apaisé.

Ce temps de vacances peut nous permettre de redécouvrir la beauté de ce qui nous entoure : les paysages, la nature, les animaux, les couleurs. Tout cela devient un livre ouvert où Dieu nous parle, particulièrement si nous avons l’occasion de découvrir de nouvelles régions. Pensons à Jean-Paul II, qui avoue avoir tellement aimé les montagnes de sa région natale.

Restons également ouvert aux autres  : les personnes que nous allons croiser et découvrir, mais aussi nos plus proches : nous pourrions nous décider à utiliser ce temps pour les regarder autrement, car là aussi, l’habitude nous joue des tours. Essayons de poser un regard nouveau sur notre conjoint, et sur nos enfants. Et pour que cela devienne possible, demandons-en la grâce. Soyons toujours convaincus que chacun vaut plus aux yeux de Dieu que ce qu’il nous a déjà montré, ou que nous pensons connaître de lui.

Mais ce temps de vacances sera peut-être pour certains un temps de souffrance : attente de travail, maladie, difficulté de l’un des membres de la famille, problèmes financiers … toutes choses qui font que l’on ne peut, comme beaucoup d’autres, prendre un temps de vacances et de repos. Sachons alors offrir, comme disait le Père Jean Lafrance : « la question essentielle n’est pas de vivre selon telle ou telle norme, mais il s’agit de tout remettre dans le cœur de Dieu : au lieu d’une journée magnifique, ou de vacances réussies, sachons offrir nos journées lamentables, nos projets échoués ou coupés à la base ». Offrons tout en faisant cet acte de foi, que si nous nous donnons sans réserve à Dieu, Il peut rendre pleinement féconds nos échecs et nos souffrances, dès lors que nous acceptons de les vivre en union avec le « oui » que Jésus a donné au Père durant toute sa vie parmi nous, et jusqu’au dernier souffle.

Alors, QUI voulons-nous rencontrer vraiment ?

La réponse à cette question n’est peut-être pas très importante, car la rencontre profonde avec soi-même mène à celle de Dieu et des autres, et de même pour les deux autres chemins. Croyons donc avec force que le Père désire le meilleur pour nous-même et ceux que nous aimons, et laissons-Le agir, d’une manière qui peut-être nous surprendra. Laissons la place à « l’inattendu de Dieu ». En route donc, et bonnes vacances !

Philippe et Marie-Pierre DURY

PDF - 673.6 ko
Pour vous_resssourcer…



envoyer l'article par mail envoyer par mail - Version imprimable de cet article Version imprimable