La Sainteté, c’est impossible pour moi…

Lorsque nous regardons le décalage entre la vie des saints et la nôtre, la sainteté semble réservée à quelques élus. Les actes de ces hommes et de ces femmes semblent sont tellement au-dessus de nos forces.

Ceci peut effrayer surtout lorsque l’on lit des paroles comme celle-là : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive » (Mt 16,24). Comment alors croire que la sainteté est possible ? Un saint est quelqu’un qui à la fin de sa vie, tout du moins, a essayé d’un cœur sincère d’aimer Dieu et de répandre cet Amour parmi les hommes. C’est dans l’amour que ces hommes et ces femmes mettent dans les actions les plus anodines que l’on peut percevoir leur sainteté. Les grands discours et les grandes actions ne servent à rien si elles ne sont pas faîtes avec amour. « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » (1 Co 13, 2) Il existe autant de chemins de sainteté que de saints. L’Eglise nous propose des exemples concrets de vie qui mènent à la sainteté (tous les hommes et toutes les femmes qui ont été canonisés). Ceux-ci peuvent nous permettre d’avancer dans notre propre chemin. Cependant, le meilleur exemple de sainteté est et sera toujours celui du Christ. C’est donc en le suivant que l’on devient saint. Enfin, nous ne pouvons mesurer notre propre sainteté, laissons cela à Dieu ! Nous pouvons tout de même chercher à discerner ce qu’est pour nous la volonté de Dieu et examiner si nous sommes ou non en accord avec l’Evangile. Demandons à Dieu le soin de déterminer jusqu’où il veut que nous allions. Nous aurons la réponse plus tard… au Ciel !




envoyer l'article par mail envoyer par mail - Version imprimable de cet article Version imprimable