Pour une reprise en douceur

La rentrée est là, avec tout ce qu’elle impose en nouveautés, en changements … mais aussi un rythme qui n’est pas sans causer quelques appréhensions. Le temps des vacances est terminé, mais heureusement, Dieu, Lui, n’est jamais en vacances. Comment donc pouvons-nous vivre au mieux ce moment de l’année, et comment notre foi peut-elle nous y aider ?

Pour beaucoup, cette période est l’occasion de vivre une séparation : le plus petit part pour la première fois peut-être à l’école, ou chez la nounou. Notre rôle de parents est important ici, pour donner confiance à l’enfant et l’aider à faire le pas. Cela sera d’autant plus facile si nous-mêmes sommes capables de le vivre sereinement, sûrs de la présence de Dieu à nos côtés et aux côtés de notre enfant.

Pour les plus grands, ce sera la première année au collège ou au lycée. Et là, la difficulté n’est sans doute pas la même. II s’agit de faire sa place dans un univers inconnu, avec de nouvelles têtes, élèves ou professeurs, des méthodes de travail différentes, et en même temps, une période, celle de l’adolescence, avec son flot de changements et de questionnements. Et puis, pour les aînés, c’est le premier départ de la maison, pour des études supérieures, ou un lancement dans la vie active.

Tous ces départs sont des passages, et il nous faut aider nos enfants à bien les vivre, en restant ouverts et attentifs à chacun. Croyons que cette étape peut permettre, au-delà des difficultés, une croissance vers plus de vie. C’est un acte de foi, et d’espérance. Montrons également à nos enfants le sens et la valeur de ce qu’ils vivent à l’école, au collège ou ailleurs. Beaucoup n’ont plus la perception du fait qu’apprendre est une chance, non seulement pour trouver un métier, mais pour grandir en humanité, en connaissance de soi, pour développer ses talents personnels et pouvoir les mettre au service des autres.

Nous aussi, et nos enfants, nous pouvons choisir de vivre ces nouveaux départs que la vie nous impose, comme des appels à quitter une part de nous-mêmes, et à entrer dans la confiance. Car le Seigneur a promis sa bénédiction. Nous pouvons l’accueillir, dans un acte de foi. C’est une manière, concrète, d’ouvrir notre cœur à la grâce, à l’imprévu, à l’Essentiel. Pour cela, la prière doit être " installée " dans notre vie. Quel temps vais-je réserver dans mon rythme quotidien, pour laisser à Dieu la première place, en commençant par lui accorder un temps de prière personnelle ? Le matin, le soir … ? Il faut pour cela un désir, et une décision.

Cette "préférence" donnée à Dieu nous permettra, dans les situations de chaque jour, de faire grandir quelques attitudes de base :

  • Remercier le Père pour le don de la vie ; remercier nos proches pour leurs attentions à notre égard.
  • Louer Dieu pour ce qu’Il est. Dans la foi, louer l’Esprit Saint pour son œuvre en nous, en nos enfants, dans le monde.
  • Ne pas anticiper sur les événements à venir, sans y avoir d’abord mis Jésus ressuscité, car Il est avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. II n’est pas dans l’avenir, mais tout entier présent dans l’instant que nous vivons. II est donc inutile de demander la grâce pour ce qui est encore dans le futur. Mieux vaut supplier pour obtenir un cœur ouvert, et disponible à la grâce du moment.
  • Devant une difficulté, chercher à en sortir par le haut, comme nous y invite Saint Paul : " Rendez-vous puissants dans le Seigneur, et dans la vigueur de sa force ". C’est le premier mouvement intérieur qui est important, et il doit être un regard de foi. Notre attitude extérieure en sera facilitée, certainement.

Enfin, cette rentrée sera aussi le montent de "revisiter" nos engagements, et les activités des uns et des autres. Là aussi, il y a peut-être des choix à faire, des priorités à donner. Soyons encore aux côtés de nos enfants pour les aider à discerner ce qui est bon pour eux, les aider à s’engager, et à tenir bon (dans une durée qui varie selon les âges), en leur montrant que toute croissance nécessite un certain sens de l’effort : intellectuel, physique, spirituel. Et si les chutes sont possibles, voire inévitables, l’essentiel consiste à savoir se relever, avec l’aide de Dieu, qui chaque jour nous redit : "Ne crains pas, je suis avec toi"

Bonne rentrée à tous !

Marie-Pierre et Philippe Dury




envoyer l'article par mail envoyer par mail - Version imprimable de cet article Version imprimable