Prière pour les défunts

Il essuiera toutes larmes de leurs yeux
De la Vie éternelle, je ne sais pas grand-chose,
sinon que plus jamais l’homme ne sera loup pour l’homme.
L’homme plus jamais n’accablera, ne jugera,
n’humiliera son frère,
l’Absolu rassasiant notre cœur,
nous verrons partout ses reflets.

De la Vie à venir, je ne sais pas grand-chose
sinon que notre corps ne saura plus gémir.
Plus jamais cette angoisse qui nous étreint à la gorge…
Les longues nuits avec ces cruels souvenirs
de trop de grands bonheurs perdus,
les nuits qui n’en finissent pas…
’’Dieu essuiera toute larme de leurs yeux..’’
’’De mort, il n’y en aura plus..’’
’’Car l’Ancien monde s’en est allé.’’

De la Vie qui viendra, je ne sais pas grand-chose,
sinon que la douceur aura gagné sur la violence.
Le fort n’écrasera plus le faible…
Il n’y aura plus de faibles !
Les hommes se déclareront la Paix.
’’L’enfant jouera sur le trou du cobra.’’
Chacun s’enchantera de la différence de l’autre,
les parcelles de vérité, comme un puzzle achevé,
seront réconciliées.
’’Les grandes eaux ne pourront éteindre l’Amour,
ni les fleuves le submerger.’’

De la Vie qui t’attend, je ne sais qu’une chose…
Dieu sera tout, en tous,
l’Amour sera tout pour chacun.
L’homme aura retrouvé la passerelle
qui mène au cœur de son frère
et qui a nom Esprit Saint.
’’Et cette joie, nul, jamais ne pourra la ravir.’’
Stan Rougier

La Mort
La mort : c’est la grâce des grâces
et le couronnement de notre vie chrétienne.
Elle n’est pas une fin comme,
hélas encore trop le pensent,
mais le commencement d’une belle naissance.
Elle ne marque pas l’heure de la dissolution
d’une créature,
mais son véritable développement,
son plein épanouissement dans l’amour.
Elle complète notre possession dans la vie divine,
en supprime les obstacles, qui, ici-bas,
nous empêchent d’en jouir à notre aise.
Elle nous permet de vaquer librement
à l’Eternel Amour, d’avoir conscience
qu’Il se donne à nous et de demeurer à jamais en Lui…
Quand je pense à la mort prochaine, je me dis :
’’tant mieux, bientôt j’irai voir le Bon Dieu !’’.
Marthe Robin

Prière d’enterrement
Père, nous savons que tu es à chaque instant auprès de nous, mais en cette heure où nous éprouvons la douleur de la séparation, nous te demandons de nous faire sentir, tout particulièrement, ta présence à nos côtés. Rends-nous proches les uns des autres, afin que nous puissions nous soutenir maintenant et pendant les jours qui viennent. Permets-nous, au cœur de la souffrance, de découvrir la puissance de ton amour ; qu’il soit pour nous la source de l’espérance. Nous te le demandons au nom de Jésus-Christ. Amen.

Ne pleure pas si tu m’aimes
Si tu savais le don de Dieu et ce que c’est que le Ciel !
Si tu pouvais d’ici,
entendre le chant des Anges
et me voir au milieu d’eux !
Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux
les horizons et les sentiers où je marche !
Si, un instant, tu pouvais contempler, comme moi,
la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent !

Quoi ! tu m’as vue, tu m’as aimé dans le pays des ombres,
et tu ne pourrais ni me revoir, ni m’aimer encore
dans le pays des immuables réalités ?
Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens
comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient,
et quand un jour que Dieu connait et qu’il a fixé,
ton âme viendra dans le Ciel où l’a précédée la mienne,
ce jour-là, tu reverras celle ou celui qui t’aimait et qui t’aime encore,
tu en retrouveras les tendresses épurées.

Tu me reverras donc, transfigurée dans l’extase et le bonheur,
non plus attendant la mort,
mais avançant d’instant en instant,
avec toi qui me tiendra la main,
dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie,
buvant avec ivresse aux pieds de Dieu
un breuvage dont on ne se lasse jamais
et que tu viendras boire avec moi.
Essuie tes larmes et ne pleure plus, si tu m’aimes.
Saint Augustin

Prière en mémoire de nos fidèles défunts
Ils sont nombreux les bienheureux
qui n’ont jamais fait parler d’eux
et qui n’ont pas laissé d’image.

Tous ceux qui ont depuis les âges
aimé sans cesse et de leur mieux
autant leur frères que leur Dieu.

Ceux dont on ne dit pas un mot,
ces bienheureux de l’humble classe,
ceux qui n’ont pas fait de miracle.

Ceux qui n’ont jamais eu d’extase
et qui n’ont laissé d’autre trace
qu’un coin de terre ou un berceau.

Ils sont nombreux ces gens de rien,
ces bienheureux du quotidien
qui n’entreront pas dans l’Histoire,

Ceux qui ont travaillé sans gloire
et qui se sont usé les mains
à pétrir, à gagner le pain.

Ils ont leur nom sur tant de pierres
et quelquefois dans nos prières.
Mais ils sont dans le cœur de Dieu.

Et quand l’un d’eux quitte la Terre
pour gagner la maison du Père,
une étoile naît dans les cieux

Prière de Robert Lebel, prêtre et compositeur

Passage vers la Vie
O mort, où est ta victoire ?
La Pâque du Christ fait de toi sa servante
Te voilà passage vers la vie, éternelle joie.

Dure épreuve pourtant : obliger nos mains,
à lâcher ce qu’elles tiennent,
te laisser nous ravir à nous-mêmes.

Le Seigneur des vivants
nous libère de l’emprise de la mort.

Jusqu’ à la Croix, Jésus nous a aimés :
la mort qui sépare et détruit
devient signe d’amour.

L’amère saison du grain jeté en terre
annonce le temps de la moisson :
la mort vaincue est semence de la vie.

Tant de frères et de sœurs
que la mort nous a pris :
creuset de solitude
pour une communion sans limite.

Sr Marie-Pierre (abbaye de Chambarand)
Fr Pierre-Yves (Taizé)

Un amour m’attend…
Ce qui se passera de l’autre côté,
quand tout pour moi
aura basculé dans l’éternité,
je ne le sais pas.
Je crois, je crois seulement, qu’un Amour m’attend.

Je sais pourtant
qu’alors il me faudra faire,
pauvre et sans poids,
le bilan de moi.
Mais ne pensez pas que je désespère.
Je crois, je crois tellement qu’un Amour m’attend.

Quand je meurs, ne pleurez pas ;
c’est un Amour qui me prend.
Si j’ai peur – et pourquoi pas ?
rappelez-moi simplement
qu’un Amour, un Amour m’attend.

Il va m’ouvrir tout entière
à sa joie, à sa lumière.
Oui, Père, je viens à Toi
dans le vent, dont on ne sait ni d’où il vient ni où il va,
vers Ton Amour, Ton Amour qui m’attend.

Mère Alice Aimée (1896-1976), carmélite

Tu es vivant
Tu ne parles plus mais tu es vivant.
Tu ne bouges plus mais tu es vivant.

Tu ne souris plus, mais en arrière de tes yeux, tu me regardes.
De très loin ? Peut être, de très près, je ne sais rien de ces distances.
Je ne sais plus rien de toi, mais tu sais maintenant davantage de choses sur moi.

Tu es en Dieu.
Je ne sais pas ce que cela peut vouloir dire, mais sûrement ce que tu voulais et ce que je veux pour toi.

Je le crois.
Toute ma foi, je la rassemble.
Elle est maintenant mon seul lien avec toi.

Jésus, donne-moi de croire à ta victoire sur la mort
celui que j’aime veut entrer dans ta joie.
S’il n’est pas prêt, je te prie pour lui. Achève sa préparation.
Pardonne-lui comme tu sais pardonner.

Aide-moi à vivre sans sa voix, sans ses yeux,
que je ne le déçoive pas maintenant qu’il va me voir vivre et m’attendre.

Père André Sève

La vie n’est pas détruite, mais transformée
Par la mort, la famille ne se détruit pas,
elle se transforme, une part d’elle va dans l’invisible.
On croit que la mort est une absence, quand elle est une présence secrète.
On croit qu’elle crée une infinie distance,
alors qu’elle supprime toute distance,
en ramenant à l’esprit ce qui se localisait dans la chair.

Que de liens, elle renoue,
que de barrières elle brise,
que de murs elle fait crouler,
que de brouillard elle dissipe,
si nous le voulons bien.
Plus il y a d’êtres qui ont quitté le foyer,
plus les survivants ont d’attaches célestes.

Le ciel n’est plus alors uniquement peuplé d’anges,
de saints connus ou inconnus et du Dieu mystérieux.
Il devient familier, c’est la maison de famille,
la maison en son étage supérieur, si je puis dire
et du haut en bas, le souvenir, les secours,
les appels se répondent.

Père Sertillanges O.P.

Rentrer chez Dieu
Rentrer chez Dieu…
Comme on rentre chez soi

Au bout de chaque jour,
Au bout de nos voyages,
Et trouver près de Lui
Le repos de son coeur.

Apprendre auprès de Lui
Ce que veut dire Aimer…
Et rallumer ce feu
Qu‘Il est venu répandre.

Savoir Lui dire merci,
Et demander pardon,
Et L’embrasser sans crainte
À la face du monde !

Chercher dans Son regard
À se perdre sans fin…
Silence bienheureux
Des gens simples qui se comprennent.

Tristesse et joie de l’âme,
Angoisse et espérance,
Passions et inquiétudes…
Tout, tout passe dans nos yeux.

Il sait tout, c’est vrai.
Il voit tout. Pourtant…
Il attend que nos coeurs
Se posent dans le Sien.

Rentrer chez Dieu…
Comme on rentre chez soi.
Fatigués, consumés,
Mais capables d’aimer.

Être là… Juste être là…
Laisser tomber les bras…
Et puis se laisser prendre
Quand Il ouvre les siens.

Je T’aime, Dieu,
je T’aime,
Plus loin que tout amour,
plus fort que toute faute.

Et je me sais aimé,
Non pas tout seul, non,
Mais bien avec tous ceux et celles
Que Tu m’as confiés.

Ils sont là à mes côtés,
Et je Te les apporte :
Qu’ils entrent, eux aussi, auprès de Toi,
Comme on rentre chez soi…

Robert Lebel

Ce qui se passe de l’autre côté, quand tout pour moi aura basculé dans l’Eternité… Je ne le sais pas ! Je crois, je crois seulement qu’un grand Amour m’attend. Je sais pourtant qu’alors, pauvre et dépouillé, je laisserai Dieu peser le poids de ma vie. Mais ne pensez pas que je désespère… Non, je crois, je crois tellement qu’un grand Amour m’attend. Maintenant que mon heure est proche, que la voix de l’Eternité m’invite à franchir le mur, ce que j’ai cru, je le croirai plus fort au pas de la mort. C’est vers un Amour que je marche en m’en allant, c’est vers son Amour que je tends les bras, c’est dans la vie que je descends doucement. Si je meurs ne pleurez pas, c’est un Amour qui me prend paisiblement. Si j’ai peur… et pourquoi pas ? Rappelez-moi souvent, simplement, qu’un Amour m’attend. Mon Rédempteur va m’ouvrir la porte de la joie, de sa Lumière. Oui, Père ! voici que je viens vers toi comme un enfant, je viens me jeter dans ton Amour, ton Amour qui m’attend. Saint Jean de la Croix

Prière à Notre-Dame de Montligeon
Notre-Dame Libératrice
Prends en pitié tous nos frères défunts,
Spécialement ceux qui ont le plus besoin
de la miséricorde du Seigneur.
Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés,
afin que s’achève en eux
l’oeuvre de l’Amour qui purifie.
Que notre prière, unie à celle de toute l’Église,
leur obtienne la joie qui surpasse tout désir
et apporte ici-bas consolation et réconfort
à nos frères éprouvés ou désemparés.

Mère de l’Église, aide-nous, pèlerins de la terre,
à mieux vivre chaque jour
notre passage vers la Résurrection.
Guéris-nous de toute blessure du coeur et de l’âme.
Fais de nous des témoins de l’Invisible,
déjà tendus vers les biens que l’oeil ne peut voir.
Des apôtres de l’Espérance,
semblables aux veilleurs de l’aube.
Refuge des pécheurs et Reine de tous les Saints,
rassemble-nous tous un jour,
pour la Pâque éternelle,
dans la communion du Père avec Jésus, le Fils
dans l’Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Notre-Dame de Montligeon, priez pour les âmes du Purgatoire.
Sanctuaire de Montligeon




envoyer l'article par mail envoyer par mail - Version imprimable de cet article Version imprimable