Vivre la rentrée à l’école de l’Evangile

Plus que le changement d’année au premier jour de janvier, c’est le début de l’année scolaire qui ouvre un nouveau chapitre de l’histoire familiale. Tant d’aspects de la vie quotidienne, en effet, sont liés aux rythmes scolaires ! Il y a l’école, bien sûr, mais aussi le catéchisme et les activités diverses, tant celles des enfants que des parents. La rentrée constitue donc une étape importante : au moment de la franchir, ouvrons l’évangile.

"Hors de moi, vous en pouvez rien faire" (Jean 15,5)

Très vite, nous le savons, nous allons être happés par mille obligations : si nous n’y prenons pas garde, nous risquons de vivre à cent à l’heure, comme si Dieu n’existait pas, en pensant avec une pointe de regret : « je n’ai pas le temps de prier ». Si nous ne mettons pas Dieu au centre de cette année scolaire, s’il n’est pas "premier servi", que vaudra notre année ? Nous pourrons faire de belles choses en apparence, mais qu’en sera-t-il de notre fécondité réelle ? Mettre Dieu au cœur de notre vie, c’est en particulier consacrer un temps quotidien à la prière.

"Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres" (Jean 15,17)

L’amour de Dieu et l’amour fraternel ne sont qu’un seul et même commandement, qui résume tous les autres. Nos enfants et petits-enfants mettront l’amour à la première place s’ils voient qu’il en est de même pour nous. Lorsque nous leur demandons de faire des efforts en classe, ce n’est pas pour être les meilleurs, mais pour donner le meilleur d’eux-mêmes par amour, non seulement en ce qui concerne le travail scolaire proprement dit, mais aussi sur la cour de récréation, à la cantine et ailleurs.

"L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4, 4).

L’homme a besoin de pain : en tant que parents, nous consacrons beaucoup de temps et d’énergie à gagner ce pain quotidien — nourriture, vêtement, logis et autres biens nécessaires — et à le donner à nos enfants, en leur apprenant à l’accueillir joyeusement, sans jalousie ni gaspillage. Mais l’homme ne vit pas seulement de pain  : quel temps, quelle énergie allons-nous consacrer à la Parole de Dieu ? Comment allons-nous la donner aux enfants, comme un autre pain quotidien ? Pour ne prendre qu’un exemple, comment allons-nous montrer aux enfants que le catéchisme est aussi important que l’école, sinon plus… même si ce n’est pas noté, même si les cours d’éducation religieuse ne comptent pas pour le passage dans la classe supérieure ?

"Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur" (Matthieu 11, 29).

Comment nous mettre à l’école de Jésus, pour éduquer nos enfants avec douceur et humilité ? En devenant des familiers de sa Parole. Est-ce un rêve ? se demandait récemment un évêque : "Que dans chaque famille le vendredi soir ou le samedi midi, on lise ensemble l’Evangile du dimanche suivant. Que chacun à un moment choisi de la semaine, y consacre une demi-heure de silence et d’écoute.

"Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ?" (Matthieu 8, 26).

Au seuil de cette nouvelle année, demandons à l’Esprit Saint d’augmenter en nous la foi et commençons par lui confier ces jours de rentrée, pleins d’inquiétudes et d’espoirs mêlés. Nous ignorons ce que sera cette année, mais il est certain que la météo ne sera pas toujours au beau fixe. Il y aura des jours gris et des nuits de tempête, des heures de doutes, des conflits, des échecs. N’oublions jamais que le Seigneur mène la barque, qu’Il est toujours près de nous et jamais ne nous abandonne. Quoi qu’il arrive, nous n’avons pas à avoir peur. Plus nous vivrons dans la confiance, dans cette paix profonde que donne la certitude d’être dans la main de Dieu, plus nos enfants seront paisibles et heureux.

Christine PONSARD

Pour cette rentrée, cher(e) Ami(e) du Cœur de Jésus, nous avons choisi de vous faire partager ce texte de notre grande et regrettée amie Christine Ponsard. Bonne rentrée à vous, que Dieu vous bénisse et garde votre famille ! La Communauté




envoyer l'article par mail envoyer par mail - Version imprimable de cet article Version imprimable